Landerneau Dans l’univers de Giacometti

Après Miro, Dubuffet et Monory, le Fonds Hélène et Edouard Leclerc présente 150 œuvres d’Alberto Giacometti. Une exposition majeure à voir jusqu'au 25 octobre à Landerneau.

14/08/2015 à 10:33 par Adele Leberre

Le Nez 1947 © Succession Giacometti (Fondation Giacometti + ADAGP) Paris, 2015
Le Nez 1947 © Succession Giacometti (Fondation Giacometti + ADAGP) Paris, 2015

Par Adèle Le Berre

En 48 heures, les 7 000 places pour les scolaires ont été réservées… C’est dire la notoriété acquise par le Fonds Hélène et Edouard Leclerc, ouvert en 2012. L’exposition Giacometti l’installe encore davantage dans les centres culturels incontournables du Grand Ouest.

Jusqu’au 25 octobre, 150 œuvres de cet artiste sont exposées. Toutes proviennent de la Fondation Giacometti. Sa directrice Catherine Grenier a conçu cette exposition avec Christian Alandete.

L’atelier reconstitué

Le public découvre l’œuvre de cet artiste suisse (1901-1966) dans toute sa diversité. Depuis ses sculptures néo-cubiques jusqu’à  ses toutes dernières œuvres dont la plus célèbre, l’Homme qui marche.

Toutefois, l’exposition ne procède pas de manière chronologique. Elle veut montrer l’artiste et surtout l’homme. Pour ce faire, l’atelier de Montparnasse a été reconstitué à l’échelle (23 m2).

Sur les murs, des photos donnent une idée de l’atmosphère :  les outils du sculpteur, les pinceaux du peintre, le désordre… Un film  permet d’observer Alberto Giacometti en plein travail.

Les sculptures minuscules sont moins connues. Elles sont placées dans un espace intitulé A la limite de la disparition.

La plupart des œuvres majeures de l’artiste sont présentées : l’incroyable Nez, plusieurs versions de la Femme qui marche, l’impressionnante Grande tête, l’Homme qui marche

« Les sculptures minuscules sont moins connues. Elles sont placées dans un espace intitulé “A la limite de la disparition”. Elles ont été réalisées pendant la Guerre. Alberto Giacometti sculptait des personnages comme il les voyait. Et, de loin, elles paraissaient minuscules. Donc, il les a sculptés ainsi », décrit Marie-Pierre Bathany, directrice du fonds landernéen.

Les peintures de Giacometti sont également présentées : des silhouettes énigmatiques et inquiétantes. La couleur laisse souvent place au noir et aux diverses nuances de gris.

Sculptures inédites

Le public peut aussi admirer tout un ensemble de travaux réalisés au crayon bic sur des bouts de papier : menu de restaurant, papier à lettres… Plusieurs pièces inédites sont présentées pour la première fois. Elles ont en effet été restaurées. C’est le cas des Femmes de Venise V, Femmes de Venise VIII, Fil tendu et Objet surréaliste.

Pratique : tous les jours jusqu’au 25 octobre. 10 h à 19 h en août, 10 h à 18 h en septembre.  4 à 6 euros. www.fonds-culturel-leclerc.fr

Landerneau, 29

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne gratuitement

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter

Votre journal cette semaine